Les maladies parodontales sont des infections bactériennes (microbiennes) qui affectent et détruisent les tissus qui entourent et supportent les dents (le parodonte). Les tissus concernés sont la gencive, les fibres d’attachement (ligament ou desmodonte) et l’os qui supporte les dents. Les maladies parodontales constituent un problème important de santé publique. Elles représentent, avec la carie dentaire, les affections principales de la cavité buccale.

Les pathologies sont appelées gingivites si elles concernent uniquement la gencive et parodontites si les tissus sous-jacents et en particulier l’os alvéolaire- sont atteints.

La plaque dentaire qui contient les bactéries est la cause déclenchant les maladies parodontales. C’est un enduit qui se forme sur les dents et qui doit être éliminé chaque jour par le brossage pour prévenir son accumulation. Si la plaque dentaire n’est pas éliminée elle durcit et forme le tartre. Ce dernier ne peut être éliminé que par un détartrage.

Lorsque le tartre et la plaque dentaire s’infiltrent sous les gencives, sur les racines des dents, ils forment des espaces appelés poches. La brosse à dents ne pénètre pas sous la gencive. Une maladie parodontale risque de se développer. Les gencives sont irritées, inflammées. Les tissus qui supportent les dents peuvent être détruits. Avec la progression de la maladie, les poches s’approfondissent, la gencive et l’os sont détruits. Les dents peuvent devenir mobiles et tomber. Les mécanismes de défense immunitaire interviennent pour éliminer les bactéries. Dans certains cas ils contribuent à la destruction parodontale.

Le développement et la progression de la maladie varient en fonction de :

• La susceptibilité de chacun aux bactéries pathogènes, régulée par l’efficacité de ses mécanismes de défense et la présence de certaines pathologies systémiques (diabète en particulier) ou la prise de médicaments.
• Des facteurs de risque tels que le tabac.
• Le stress peut diminuer les capacités de défense contre les bactéries.
• Des facteurs aggravants tels que les caries, les restaurations prothétiques inadaptées, les malpositions dentaires, la réalisation d’un traitement orthodontique qui représentent des facteurs de rétention de plaque dentaire.

Le traitement comprend les étapes suivantes:

• l’apprentissage d’une hygiène bucco-dentaire rigoureuse. Cette étape est cruciale, le patient doit éliminer quotidiennement avec attention toute la plaque dentaire, nettoyer les petits espaces inaccessibles à la brosse à dent par des brossettes inter dentaires.Il peut aussi mettre en évidence de la plaque avec des substances colorantes (révélateur de plaque) et utiliser un hydropulseur etc.
• Le traitement initial consiste à éliminer les causes directes (tartre, plaque) ou indirectes favorisant (zones de rétention, force occlusale, etc.) pour assainir le terrain: Détartrage manuel ou à ultra-sons, polissage des dents, surfaçage radiculaire, contention des dents mobiles récupérables, traitement des caries, répartition des forces occlusales.
• Le traitement chirurgical parodontal est adapté à la quantité de tissus détruits. Il peut être limité à la gencive, ou à la gencive et à l’os alvéolaire pour supprimer les poches osseuses, éliminer les bactéries dans les lésions profondes, redonner à la gencive une forme fonctionnelle.
• Le contrôle périodique du patient. La maladie parodontale peut reprendre son évolution si les conditions de nettoyage ne sont pas rigoureusement respectées.